avis litteraires

« Mamma Maria », Serena Giuliano

Mamma Maria, Serena Giuliano. Éditions Cherche-Midi, mars 2020, 240 pages.

Elles sont belles, les valeurs défendues par Serena, dans son nouveau roman. Ils sont beaux, ces italiens, qui se retrouvent chez Mamma Maria.

Ils ont de la gouaille. Je les imagine avec des rides au coin de leurs yeux pétillants. Je les imagine se raconter des histoires, aller à la rencontre de ceux qui sont attablés, seuls, devant leur ristretto.

Le dernier roman de Serena est une petite ode à la vie, à l’amour, à l’ouverture d’esprit et… à l’Italie.

On a tous besoin d’un peu de douceur et de foi en l’humanité, en ce moment… et suivre les pérégrinations de Sofia, les réflexions de Maria, les paroles de Celentano et tous ces autres personnages hauts en couleurs, que l’on aime dès le début, c’est une vraie bouffée d’oxygène.

Lire « Mamma Maria », C’est s’échapper, le temps de quelques pages, en Italie. C’est s’imaginer dans un bar, au soleil, le temps d’une lecture. C’est espérer que, nous aussi, un jour, on se retrouvera au Mamma Maria, le soleil dans les yeux, a rigoler et a chanter. Comme avant.

Merci, Serena Giuliano, pour cette ode à la douceur et à l’ouverture d’esprit !

 

Pour retrouver ma chronique du premier roman de Serena Giuliano, Ciao Bella, c’est ici !

Un commentaire sur “« Mamma Maria », Serena Giuliano

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s